Ushuaia : Fin del Mundo
  

Ushuaia : Fin del Mundo

Ushuaia, Argentine le 11/12/2013

 

Premier réveil au bout du monde ! Waouw ! On est toute excitée de découvrir cette région qui est tellement symbolique ! Le bout du monde quoi ! On s'était tellement dit dans le passé : "j'aimerai trop aller au bout du monde" ou encore "un jour j'irai au bout du monde" .. enfin plutôt la deuxième option. C'est celle qui reflète mieux notre caractère ! Quand on a une idée dans la tête, on l'a pas ailleurs ! C'est d'ailleurs grâce à ce tempérament que l'on s'est retrouvé ici ! "Je veux, je peux !"(Dans la mesure du raisonnable bien entendu, Émilie rêve d'aller sur la lune et Marion sur mars, on a beau avoir n'importe quel caractère on devra attendre encore un peu ! -rire ). Enfin bref ! Ce matin petit déjeuner au top servi par Juan le responsable de l'auberge, avec petits pains grillés et compagnie. Une fois le ventre plein, on part à la recherche d'informations à l'office du tourisme où l'on répond à toutes nos questions et on nous présente tout ce que l'on peut faire (évidement c'est le but d'un office mais parfois les réponses ne sont pas aussi claires et pas celles que l'on attend! Enfin bref ça on s'en fou! -rire). Alors on fait le point et on organise les prochains jours. Il y a quand même une chose qui n'était pas prévu au programme mais qui nous tente bien ! Va t'on résister à la tentation ? Et bien non, on craque et on décide de se faire un petit plaisir ! Le survol du bout du monde ! Rien que le nom ça en jette ! Enfin pour commencer on va réserver les excursions prévues au programme ! (On ne vous dira pas lesquelles, ça laisse un peu de surprise pour les prochains jours, les prochaines lectures). Une fois tout ok direction la piste de décollage ! On choisit un tour d'avion de 30 minutes au dessus du canal de beagle (il relit l'Atlantique au Pacifique), au dessus d'ushuaia et du canal de marray (au bout de celui la : le cap horn) mais aussi au dessus du phare des éclaireurs et au dessus du bout de la cordillère des Andes (forcément on est au bout du monde). On s'installe à bord du minuscule avion 4 places en comptant le pilote. 3,2,1 décollage ! Oh my god ! Ça bouge ! Mais quelle vue ! WAOUW ! On vol au dessus du bout du monde ?! Est-ce réel ? Il faut croire que oui ! On en prend encore une fois plein les yeux ! (Heureusement fut un temps Émilie était opticienne, et on ne craint rien pour nos yeux alors on n'est pas prêtes de s'arrêter -rire). Après ce tour il est déjà 16h on veut manger du centollas (la spécialité, araignée de mer : crabe géant) mais les restaurants ne servent plus à cette heure là. Ça nous semble bizarre car les argentins mangent tard mais bon. On se console avec un hamburger (bah oui il y avait que ça !). Pour la fin d'après midi, c'est balade dans les rues d'Ushuaia. On va ensuite faire des courses pour le pique nique de demain. Aujourd'hui on a fait un investissement ! 2 fourchettes et un Tupperware ! Utile pour manger autre chose que des sandwichs ! Du coup, à notre retour des courses on prépare la salade composée pour demain midi. Quand on arrive à l'auberge Julien nous attend (Le suisse rencontré hier). On s'était dit qu'on essayé de se recontacter pendant notre escale à Ushuaia. Du coup on décide de partir demain tous les 3 pour la journée. Le rendez-vous est prit. Une fois le pique nique prêt on retourne se balader et cette fois-ci on croise Sabine et Éric (les autres français rencontrés dans le bus). On leur raconte notre journée et notre échec avec les crabes, du coup comme eux n'ont plus n'y on pas encore goûté, on décide de se rejoindre vendredi soir au restaurant. On proposera à Julien demain s'il veut nous accompagner. En se baladant dans les rues on passe devant un glacier. Il y a pleins de choix. Avec la chaleur à Buenos aires et à Puerto Madryn on avait eu des envies de glaces mais le problème c'est que Marion n'aime que les glaces à la menthe et c'était introuvable. Et bien là, au bout du bout du monde et bien devinez quoi ? Marion a mangé une glace à la menthe ! Après une glace chacune on retourne à l'auberge pour aller au lit, il est déjà 22h mais on ne s'en rend pas compte car au bout du monde, à 22h et bien il fait encore jour ! 
 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Argentine